Hexagone ouvre à la rentrée un Master en IA axé sur la pratique

Hexagone ouvre à la rentrée un Master en IA axé sur la pratique
Le Figaro Étudiant
 - 
1/9/2021
9.1.21

Quel est l'un des principaux freins à l’adoption de l’Intelligence Artificielle en France ? La pénurie de cerveaux. Selon une récente étude du cabinet de recrutement Michael Page Technology, 52 % des entreprises évoquent un manque de compétences interne et 48 % des difficultés à embaucher des experts en data science.

Pour pallier cette pénurie structurelle de talents, l'École Hexagone ouvrira à Versailles, en octobre, un Master en Intelligence Artificielle de niveau Bac +5. Cette formation en deux ans s’adresse aux titulaires d’un bac +3 en mathématiques ou en informatique qui souhaitent devenir ingénieur en Big Data, ingénieur Machine Learning ou Deep Learning, Data Analyst, Data Scientist, ou Data Architect.

Les technologies évoluant à vitesse grand V en Intelligence Artificielle, Hexagone formera au travers de ce Cursus IA des généralistes en Data Science en les dotant de solides compétences en mathématiques, base de données, conception de programmes d’apprentissage et fouille de données.

Se distinguant de formations parfois très conceptuelles, Hexagone valorisera la pratique avec la conception d’agents intelligents autonomes et la réalisation d'applications concrètes dans les domaines de la réalité virtuelle et augmentée du traitement du langage naturel, de la computer vision ou de l'analyse des émotions.

Concevoir des prototypes dans le Fab Lab

Les étudiants auront également accès à un Fab Lab (Fabrication Laboratory) comprenant des imprimantes 3D, divers capteurs de contact, de profondeur ou d'humidité ou des cartes électroniques de type Raspberry Pi ou Arduino. « L'objectif est de concevoir, dans le cadre des cours ou des projets libres, des systèmes autonomes synchronisés, explique Cyril PACHON, docteur en informatique, systèmes et communication et directeur du Master en IA qu'il a spécifiquement conçu pour Hexagone. Au-delà des fondamentaux de l'IA, les étudiants se frotteront à la mécanique et à l'électronique. En bons "makers", ils doivent pouvoir ressouder une carte électronique. Un prototype vaut mieux que n'importe qu'elle équation ».

Autre facteur différenciant, Hexagone développe les compétences comportementales (soft skills) de ses étudiants afin de faciliter leur insertion professionnelle. Le personnel encadrant est composé d'enseignants permanents mais aussi d'intervenants professionnels issus d'entreprises partenaires (startups, entreprises utilisatrices, sociétés de services). Tout au long du cursus, des conférences sont prévues pour aborder des sujets sensibles comme la dimension éthique des projets d'IA.

Un haut niveau d'exigences

La promotion d'octobre concernera de 18 à 36 étudiants maximum par classe, afin d'assurer un suivi personnalisé, de qualité et proche des étudiants. La première année se déroulera en alternance jusqu'à juin, à raison de deux jours de formation en présentiel (640 heures en présentiel) et trois jours en entreprise. Au programme : la programmation avancée, le Machine Learning, les systèmes automatiques, les jumeaux numériques et la robotique ou le big data.

La seconde année se tiendra d'octobre à avril (430 heures en présentiel) suivi de six mois de stage. Elle portera sur la conception de systèmes intelligents appliqués aux domaines du son, de l’image, de la parole, de la vision et de l’animation. Cette dernière année se conclut par la soutenance d'un mémoire devant un jury professionnel.

L'admission se fait hors ParcourSup, via le site de l'école. S'étalant sur une journée, les tests d'admissibilité portent sur la culture générale, le français, l'anglais, les mathématiques, l'algorithmie, les objets connectés. En amont de tests, Hexagone procède à une visite du site et à un entretien oral afin d'évoquer le projet professionnel du candidat.

« Il est important qu'il choisisse ce Master en connaissance de cause, estime Cyril PACHON. Un candidat peut, par exemple, porter un projet de création d'entreprise. Sera-t-il compatible avec les études suivies ? ».

Le lien de l'article est disponible sur le site du Figaro Étudiant.